Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Du rififi chez nos voisins (NR)

Publié le par Fred Orain

2 articles de la Nouvelle République nous interpelle sur la situation de nos voisins à Saint Laurent Nouan.

 

 

Article du vendredi 15 avril

Saint-Laurent : cinq adjoints démissionnent de leur poste

 

Cinq adjoints au maire de Saint-Laurent-Nouan ont démissionné de leur poste en date du 8 avril. Des élus qui conservent toutefois leur mandat de conseiller municipal. Un courrier signé par Dominique Brion, Yves-Marie Hahusseau, Hélène Henry, Marc Lardin et Chantal Vasco, indique notamment : « Cette décision s'imposait au regard des nombreux désaccords qui n'ont cessé de nous opposer au maire et à son premier adjoint ces trois dernières années. »
Nous avons contacté Marc Lardin qui s'est expliqué sur les raisons de cette décision : « Nous ne voulons plus cautionner la façon d'agir du maire et de son premier adjoint. Ils changent les décisions qu'on a prises ensemble. Il ne reste plus que trois adjoints. Le conseil compte 27 conseillers dont 6 de l'opposition et nous avons la majorité. Nous sommes 14 à être d'accord entre nous. Le budget, il ne passera pas (*).»
Claude Guilleray est le maire de la commune. Il commente cette décision. « On avait l'habitude de travailler tous ensemble. J'ai invité ces élus à une réunion mais ils l'ont boycottée. Ce soir (hier soir), on vote le budget. Pour mettre des chiffres en face des volontés, il faut un peu augmenter les taux et ça a du mal à passer. Le problème, c'est qu'ils veulent tous tenir la barre. Maintenant, on va gérer cette situation. Il y a des personnes sur qui on peut compter et il est hors de question que je démissionne. »

(*) Hier soir, le conseil municipal s'est réuni tardivement. Nous en publierons dans une prochaine édition le compte-rendu.

 

 

Article du samedi 16 avril

Conseil municipal : le vote du budget reporté

 

Le conseil municipal s'est réuni, jeudi soir, sous la présidence du maire, Claude Guilleray. Il a été marqué par une ambiance très lourde et le non-vote du budget.
Le ton a été donné par une déclaration préalable de cinq adjoints qui ont présenté leur démission de leur charge d'adjoints tout en restant conseillers : Yves-Marie Hahusseau, Chantal Vasco, Dominique Brion, Marc Lardin et Hélène Henry (lire dans la NR de vendredi, page 3).
Dans une intervention, ils ont dénoncé « des décisions unilatérales contraires à l'avis du groupe, le non-respect de la charge d'adjoint, un comportement despotique, une communication destinée à éviter les sujets qui fâchent. » Cette déclaration a été suivie d'une seconde émanant de neuf conseillers de la majorité lue par Colette Daveau où ils déclarent comprendre et soutenir les démissionnaires en rappelant qu'une première crise avait déjà éclaté il y a 18 mois, pour les mêmes raisons. Les conseillers d'opposition, par les voix de Christian Lalleron et Philippe Rubline, ont confirmé avec force « un manque de transparence et de communication dans la gestion de la commune. »

Affluence inhabituelle

Dans ces conditions, il était difficile pour le maire de mener à bien son ordre du jour. A la demande d'une majorité des conseillers, la plupart des votes relatifs aux questions budgétaires ont été faits à bulletins secrets : neuf au total ! C'est ainsi que le compte administratif 2010 du budget de la commune a été rejeté par onze voix contre sept et huit abstentions. L'affectation des résultats de l'exercice précédent a également été rejetée. A l'issue d'une interruption de séance demandée par le maire, ce dernier a annoncé qu'il ne pouvait plus présenter le budget et que la commission des finances devrait revoir sa copie. Une prochaine réunion du conseil est fixée au 27 avril, juste avant la date limite du 30, malgré le peu de conseillers pouvant être présents ce jour : 14 sur 27 !
Cette dernière décision fait sortir Christian Lalleron de ses gonds : « A quoi servira une réunion où nous ne serons que deux pelés et un demi-tondu ? Nous devons être tous là pour ces questions essentielles », et de préciser sa pensée en s'adressant au maire à l'occasion des questions diverses : « Il y a un vrai problème de fonctionnement. Informez-nous ! Ce qui ressort aujourd'hui, c'est la rançon d'un manque de communication ! »
On savait dans le village que ce conseil municipal serait particulier si l'on en juge par l'affluence inhabituelle du public. Comment allait-on sortir de cette crise qui couvait depuis longtemps ? A l'issue de la réunion, alors que les conseillers faisaient une prolongation pour une commission générale tard dans la nuit, les commentaires allaient bon train dans le hall de la mairie et dans la rue.
« On n'a jamais vu une séance comme ça », regrettait une dame qui a été conseillère municipale pendant plusieurs mandats. « On ne peut pas travailler seul, il faut un véritable esprit d'équipe », devait-on entendre plus loin, ou encore : « Ce n'est pas le budget qui est en cause, mais le style de management de la commune. » La nuit aura peut-être apporté des réponses rassurantes.

 

 

Cor. NR : B. Fauquembergue
Composition du conseil municipal de Saint Laurent Nouan

Commenter cet article

amiot 16/04/2011 14:13


En désaccord avec le maire, Les adjoints ont effectivement pris leur responsabilité quant d'autres élus de d'autres communes, dans les mêmes conditions, choissisent le silence. C'est beau la
démocratie !